|F1 2022 Singapore GP| analyse de la course :

Ferrari ridiculisé à Singapour : La crédibilité de la FIA en miettes

F1 2022 GP de Singapour - Perez gagne - Presticebdt

Résultats des courses. GP de Singapour F1 2022.

résultats de la course Singapour gp f1 2022 - Presticebdt

LIRE : QU'EST-CE QUE LE MARSOUINAGE F1 EXPLIQUÉ

Code de réduction et de promotion pour nos lecteurs : Solution et politique en matière de cookies.

Officiel, Perez gagne à Singapour : cinq secondes de pénalité et une réprimande

Sergio Perez a officiellement remporté le GP de Singapour 2022. Avec une décision qui fera certainement débat, la FIA a choisi de sanctionner le pilote mexicain de Red Bull - coupable d'avoir laissé plus de 10 voitures entre lui et la voiture à deux reprises. sous le régime de la voiture de sécurité - d'une réprimande et d'une pénalité de cinq secondes. Toutefois, son avance sur Charles Leclerc, deuxième, est de sept secondes et demie et permet ainsi au pilote de l'écurie Milton Keynes de conserver le deuxième succès de sa saison, le quatrième de toute la carrière en F1 du natif de Guadalajara. .

La victoire de Perez, certainement méritée par le Mexicain sur la piste, a donc été "sauvée" par l'évaluation que les commissaires de course ont faite de la première infraction, celle commise dans la première partie de la course, au dixième tour. Red Bull # 11 était la voiture de tête dans ce cas et n'a pas pu respecter la distance minimale de 10 voitures par rapport à la voiture de sécurité. L'ancien pilote de Racing Point, s'adressant aux commissaires, a admis qu'il n'avait pas maintenu l'écart correct avec la voiture de sécurité dans les virages 13 et 14, mais il s'est justifié en disant qu'il était difficile de suivre la voiture de sécurité de très près étant donné les conditions de la piste - définie comme "très humide" - et étant donné la basse température des pneus et des freins.

La FIA a donc décidé de prendre en considération le fait qu'une infraction avait été commise - d'où la réprimande - mais aussi d'accepter le fait que la piste était mouillée comme une circonstance atténuante.

"Bien que la piste ait été partiellement mouillée - lit-on dans la note officielle - nous ne pensons pas que les conditions étaient telles qu'il était impossible ou dangereux pour Perez de maintenir la distance requise de moins de 10 voitures. Néanmoins, nous avons pris en considération les conditions humides et les difficultés rencontrées par Perez comme des circonstances atténuantes pour cet incident et, par conséquent, nous avons décidé qu'un avertissement devait être donné. "

Officiellement, Perez gagne à Singapour : seulement cinq secondes de pénalité - Presticebdt

L'infraction suivante, qui a coûté cinq secondes à Perez - sans importance pour l'issue de la course - est due à ce qui s'est passé au 36e tour. Dans ce cas également, sous le régime de la voiture de sécurité, le Mexicain n'a pas respecté la distance correcte par rapport à la voiture conduite par Bernd Mayländer, précisément dans les virages 13 et 14. Dans le document divulgué par la Fédération, il est cependant expliqué que la direction avait déjà averti Red Bull dans les courbes 9 et 10 que Perez ne respectait pas le delta correct. Le fait qu'il s'agisse de la deuxième violation de la règle dans la même course, après ce qui s'est passé au 10e tour, a incité les commissaires à imposer la pénalité minimale de cinq secondes. Vous trouverez ci-dessous la traduction du deuxième document officiel publié par la FIA.

"La voiture 11 était en tête au 36ème tour, pendant la deuxième période de voiture de sécurité de la course. Il a été admis que, alors que les light de la voiture de sécurité étaient toujours en fonction, Perez n'a pas pu rester à moins de 10 points de la voiture de sécurité entre le virage 13 et le virage 14. Cela s'est produit alors que le directeur de course avait averti l'équipe que Perez ne respectait pas la règle des 10 longueurs entre les virages 9 et 10. L'équipe a transmis l'avertissement à Perez. Nous nous référons au Doc. 56 dans lequel nous avons donné un avertissement à PER pour une violation de la même règle lors de la première intervention de la voiture de sécurité dans la course. Comme il s'agissait de la deuxième infraction de Perez à l'article 55.10 pendant le match et qu'elle faisait suite à un avertissement explicite du directeur de course, nous avons décidé d'infliger une pénalité de 5 secondes à Perez. "

LIRE : L'AÉRODYNAMIQUE D'UN AILERON ARRIÈRE DE F1 - CFD EXPLAINED IN MOTORSPORT

Perez : "Les commissaires sont satisfaits de mon explication"

Dans les instants qui ont précédé l'annonce officielle, le Mexicain avait semblé serein face à la démarche de la Direction de Course, au point d'expliquer calmement sa version des faits de cette manière :

"Il y a eu un problème de communication - a dit le Mexicain aux micros de Sky Sport F1 - là où je pouvais suivre la voiture de sécurité, elle allait très lentement. Au contraire, dans les zones où je ne pouvais pas le suivre, il était rapide. Il y a donc eu des erreurs de communication. Mais je crois que ces conditions ne sont pas normales. Il est tout à fait compréhensible que les conditions dans lesquelles nous nous sommes trouvés et que nous avons affrontées, surtout dans le dernier secteur, étaient très difficiles. Alors oui, je n'aurais pas attendu d'autres mesures, parce que les commissaires ont été satisfaits de mon explication et l'ont comprise".

Même Christian Hornerdirecteur de l'équipe Red Bull, a admis qu'il aurait été surpris si la direction de course avait infligé une pénalité plus sévère au détriment de l'équipe Red Bull. Perez:

"J'aurais été surpris - a-t-il ajouté - qu'ils entendent sa version des faits, mais je pense qu'il y a de nombreux précédents, même dans un passé récent, où il y a eu une concertation en amont et en aval du déploiement. Nous l'avons également constaté lors des tours de formation. Les circonstances atténuantes étaient que la voiture de sécurité roulait très lentement. Ils avaient fait 30 tours en pneus intermédiaires et se sont retrouvés avec un train de slicks. On pouvait entendre Checo demander d'aller plus vite. Il n'avait pas de température de pneu. J'aurais été absolument stupéfait s'il y avait eu quelque chose ".

Perez n'a pas pu suivre la voiture de sécurité - Presticebdt

LIRE : QU'EST-CE QUE L'ANGLE DE CHASSE ?

Leclerc : "Au départ, j'ai trop fait patiner les pneus"

Onze poles en dix-sept courses, mais seulement quatre victoires. Ferrari et Charles Leclerc en particulier doivent s'interroger sur ce très faible pourcentage de conversion des résultats entre les qualifications et la course. Parfois la fiabilité a évincé prématurément le Monégasque de la course alors qu'il était en tête comme à Barcelone et à Bakou, d'autres fois c'est plutôt la stratégie qui a trahi le pilote Ferrari qui s'est aussi rendu coupable d'une erreur de pilotage en France qui a contrarié le dimanche la pole position obtenue le samedi.

Hier, le moment crucial du Grand Prix de Singapour a été le départ. Charles Leclerc, du côté propre de la piste, a pris un bon départ lorsque les light se sont éteintes, mais a ensuite connu un dérapage excessif des pneus qui a permis à Sergio Perez de prendre la tête de la course et de ne plus la quitter. Le changement de pneu, un moment potentiel pour reprendre le leadership, a vu Leclerc s'allonger sur le terrain, forçant les mécaniciens à se déplacer, une bavure qui a porté l'arrêt à plus de cinq secondes contre moins de trois pour Perez et Red Bull.

Charles Leclerc fait son autocritique en admettant que le départ a été raté

Les différentes neutralisations ont ensuite donné l'occasion à Leclerc de revenir dans les échappements du Mexicain, qui n'a pas été sanctionné en course pour l'infraction commise derrière la Voiture de Sécurité. La pénalité de cinq secondes est intervenue plus tard, mais Leclerc a accusé sept secondes de détachement sur la ligne d'arrivée, se retrouvant ainsi deuxième malgré la pénalité reçue par le pilote Red bull. La classe 1997 a tout fait pour attaquer Perez dans la finale, mais en faisant cela il a mis trop de pression sur l'essieu avant avec les pneus qui sont montés excessivement en température.

"Notre rythme était très bon et il est dommage que nous n'ayons terminé que deuxièmes. Au départ, j'ai fait patiner les roues et je n'ai donc pas pu rester devant Perez. Pendant la course, j'ai fait de mon mieux pour lui mettre la pression, mais à la fin, mes pneus avant ont un peu surchauffé, ce qui lui a permis de s'étirer. Comme je l'ai déjà dit, je veux utiliser ces dernières courses pour améliorer notre performance de dimanche et en ce sens je crois qu'aujourd'hui nous avons fait un pas en avant ", les mots de Charles Leclerc à la fin du Grand Prix de Singapour qui l'a également vu se rendre à la Direction de Course en compagnie du responsable de la stratégie de Ferrari, Inaki Rueda, pour tenter d'obtenir plus de fermeté de la part des commissaires à l'égard de Perez.

LIRE : COMMENT FONCTIONNE F1 DRS ?

Résultats de la course - après la course : GP de Singapour F1 2022

Le moteur Alpine trahit Alonso : "Des points importants ont été perdus".

Le GP de Singapour F1 2022 est entré dans l'histoire avec le nouveau record établi par Fernando AlonsoL'Espagnol est devenu le pilote ayant disputé le plus grand nombre de courses en plus de 70 ans de Formule 1 : 350. Cependant, l'Espagnol n'a pas vu le drapeau à damier sur le circuit de Marina Bay, en raison d'un abandon dû à des problèmes avec l'unité de puissance qui ont également eu des conséquences dans le classement des constructeurs.

Le "zéro" du bi-champion du monde, combiné à celui de son coéquipier Esteban Ocon, a fait chuter l'Alpine à la 5e place du classement, dépassée par une McLaren dans les points avec ses deux pilotes :

"C'est dommage d'abandonner prématurément la course d'aujourd'hui et cela signifie que nous avons perdu des points importants pour le championnat - a expliqué l'Asturien, qui à la fin de la 5e place en qualifications n'avait pas nié la possibilité de finir sur le podium - Je pense que nous pouvons regarder les points positifs et nous pouvons être très fiers de notre performance de ce week-end. Samedi, nous nous sommes battus pour les cinq et six premières places, et il en a été de même pour la course d'aujourd'hui. Ce fut une course très compliquée, dans des conditions difficiles, et il était difficile de voir la ligne sèche apparaître sur la piste. Le week-end prochain, nous avons une autre course devant nous, alors au moins nous pouvons nous concentrer sur le Japon tout de suite et revenir dans les points. "

LIRE : QU'EST-CE QUE L'ANGLE DE CHASSE ?

Le moteur Alpine a également réservé une mauvaise blague à Oconqui s'est élancé de la 17e place sur la grille et qui a été victime du même problème que celui qui a contraint Alonso à s'arrêter prématurément :

"C'était une journée frustrante pour l'équipe - a-t-il dit - autant que cela me concerne, un problème d'unité de puissance a mis fin à notre course prématurément et je sais que l'équipe est en train d'enquêter sur la cause exacte de la défaillance. Il est évidemment très décevant de quitter Singapour avec un double abandon, mais le point positif que nous pouvons tirer est que notre voiture a bien fonctionné tout au long du week-end et que nous savons que nous avons un bon rythme. La semaine prochaine, nous serons de nouveau en course à Suzuka, mon circuit préféré du calendrier, alors maintenant nous allons nous réorganiser et revenir plus forts au Japon ".

Fernando Alonso :

LIRE : QU'EST-CE QUE LE MARSOUINAGE F1 EXPLIQUÉ

Plafond budgétaire, Binotto : "Nous ne pouvons qu'attendre".

Le regard de la Formule 1 n'est pas seulement tourné vers les courses, mais aussi vers les bureaux de la FIA. Des bureaux qui sont aujourd'hui plus chauds que jamais : Mercredi, la décision de la Fédération sur la violation présumée du plafond budgétaire par Red Bull en 2021 est attendue. L'année dernière, Red Bull a commis une infraction qui, si elle était confirmée, jetterait une ombre sur le titre de 2021, mais aussi sur le championnat de 2022. Car il est clair que si Red Bull a bénéficié d'investissements illégitimes, les effets se sont répercutés à la fois sur cette année et sur 2023.

Mattia Binotto a donc ses antennes bien calées sur ce qui se passera en milieu de semaine :

"Pour ce qui est de mercredi, nous ne pouvons qu'attendre et avoir confiance dans le travail de la Fédération", a-t-il déclaré à Sky Sport F1. Le directeur de l'écurie Ferrari a ensuite commenté le résultat de Singapour. Ce qui, indépendamment des décisions de la FIA sur l'infraction présumée de Sergio Perez sous le régime de la voiture de sécurité, a vu une défaite de Ferrari "sur la piste" en raison d'un mauvais départ de Charles Leclerc : "En colère ? Je suis un peu déçu. Cela fait longtemps que nous cherchons le résultat et la victoire, nous en avons besoin. Ce week-end, nous avons bien travaillé, nous méritions ce succès. Perez a bien travaillé aussi, pour l'amour du ciel. Mais plus que la colère, je suis désolé pour le résultat final. Ferrari a bien réagi aux difficultés de Spa et de Zandvoort. Cela me rend optimiste pour les dernières courses de la saison".

Binotto à la tête du budget de Red Bull F1 2022 - Presticebdt

LIRE :LA FORCE PORTANTE ET L'EFFET DE SOL EXPLIQUÉS

GP de Singapour F1 2022, le podium raté : Lewis Hamilton, Carlos Sainz, FIA

  1.  Lewis Hamilton. Parce qu'au moins il essaie. Il bat et claque, il se trompe en mettant le pied sur l'accélérateur. Max comme lui, mais avec une meilleure voiture et un peu plus de ruse.
  2. Carlos Sainz. Pourquoi ne pas essayer ? S'il était resté en vacances, personne ne l'aurait remarqué.
  3. FIA. Je sais, la Croix-Rouge est une organisation à protéger. Mais cette Fédération recueille chaque jour des chiffres gris et confirme qu'elle est encore un quart de siècle en arrière, en termes de procédures et de rapidité. Cela commence vendredi, avec une révélation glaçante sur le plafond budgétaire : si la nouvelle était confirmée, avoir permis à Red Bull de dépenser des millions de dollars de plus qu'elle ne le devrait, c'est avoir conditionné non seulement le championnat 2021 (déjà sportivement faussé lors de la course d'Abu Dhabi) mais aussi 2022 et qui sait combien d'autres. Mais même s'ils n'étaient pas confirmés, une autre brèche s'ouvrirait : comment est-il possible de les faire circuler ? Seuls les comptables de Red Bull et la Fédération auraient dû en avoir connaissance, et les premiers n'ont certainement aucun avantage à les publier. Cela continue dimanche : encore une course terminée par les commissaires, avec des épisodes sanctionnés et d'autres non (pourquoi le drapeau à Magnussen et pas à Hamilton ? Pourquoi Verstappen n'a même pas fait l'objet d'une enquête dans le dépassement de Norris...). Et les retards habituels. Le plus petit dénominateur commun ? Des règlements dans le pire des cas mal écrits, autrement interprétables à volonté. Surtout, pas de corrélation et de relation entre les irrégularités et les sanctions : si vous ne considérez pas la pénalité comme pénalisante (et une amende pour dépassement du plafond budgétaire ne l'est pas), vous ne vous souciez pas des règles. C'est la base non seulement du sport, mais de toute relation sociale. Mercredi, préparons-nous à un nouveau patatrac : nous aurons la confirmation soit de championnats falsifiés, soit d'une Fédération incapable même de traiter des informations confidentielles et donc indigne de représenter la Formule 1.

LIRE : COEFFICIENT DE TRAÎNÉE DES FORMES - TRAÎNÉE DE PRESSION ET FACTEUR DE FORME

Les 4 secrets du moteur Mercedes. Analyse technique.

F1 2022 GP de Singapour Points pour le championnat du monde

Où voulez-vous partager cet article ?